Mon 13 novembre

Cet article vous paraîtra peu être indécent, gênant pour certains. Peu importe j’en avais besoin. Pas d’image ou de Gifs cette fois ci. Juste un récit, mon recit de cette soirée.

Il est 21h30, c’est vendredi et on est à un peu plus d’un mois de Noël ! Je suis d’ailleurs dans le train en route pour chez ma grand mère, on va faire les achats de Noël ensemble ! C’était pas prévu si tôt d’ailleurs.
Ce soir je devais aller dans un bar dans Paris avec deux de les meilleurs amis du lycée et j’ai du annuler. « tant pis, une prochaine ! »

Ce soir je suis donc dans le train, mi déçue de pas être sortie mais ravie d’aller faire mes achats ! J’adore cette période.
Je traîne sur Facebook et twitter en regardant distraitement le paysage qui défile et en écoutant ma playlist spécial transport.

Les posts défilent et un m’interpelle plus que les autres. Une vitrine avec des impacts de balles, et une légende « coups de feu sur un resto dans Paris, attention à vous » Curiosité mal placée j’avoue je clique et découvre que c’est au petit carillon, dans le 11ieme. Pas très loin de la ou nous devions nous retrouver ce soir. Je file sur twitter, pas d’info supplémentaires si ce n’est le même post relayé… bon je suis du genre maman poule ave John* et Sophie* alors j’appelle Sophie*, juste savoir si ils y sont et la prévenir. C’est bête mais mon instinct me dit de le faire.
Sophie* décroche ouf !

  • Ca va ma poule ?
  • Ouais tranquille !
  • Vous êtes au bar ?
  • Oui je suis avec John*, je suis arrivée en retard comme d’habitude tu sais !
  • D’acc’ ! Bon tu vas me prendre pour une folle, mais t’as pas entendu de coup de feu autour ?
  • Non pourquoi ? (elle rie)
  • Juste pour savoir, j’ai vu un post sur fb comme quoi ça tirai à la Kalash dans Paris. Apparemment un resto dans le 11ieme est touché…
  •  Non bas rien ici ! (Sophie* la fille la plus cooooool du monde)
  • Bon ok, faites attention à vous quand même. Gros bisous à tous les deux.
  • T’inquiiietes ! Bisous ma poule !

Bon, ça va mieux… je décide de poser mon téléphone. On va juste regarder le paysage hein c’est moins anxiogène ! #stresseedelavie
Deux minutes s’écoule. Pas plus je pense.

Je reçois un texto de Sophie*
« Ils sont la, on est dans le bar »
Euh quoi ….. ok, j’ai les mains qui tremble. Je l’appelle illico. Pas de réponses. Deux fois, toujours pas. Bon John* on sais jamais… non plus…

je rappelle Sophie* et enfin elle me répond. Je suis en panique, elle doit le sentir (et me connaître)

  • Bon panique pas ! Je fumait ma clope, un mec a couru dans la rue en nous disant de rentrer dans le bar que ça tirait à la kalash dans Paris et qu’il faillait se mettre à l’abri.
  • Ok … ( les larmes me montent)
  • j’avoue que j’ai fais le rapprochement avec ce que tu m’a dit, j’ai entendu des coups de feu. J’ai attrapé John par Le Bras et on est rentrés dans le bar.
  •  Euh ok et vous ça va ?
  • Oui oui on est en sécurité dans la cave, les gars ont baissés le rideau de fer. Ça va. Je vais garder de la batterie au cas où.
  • Ok. Tiens moi au courant ! Gros bisous

Bordel mais il se passe quoi dans Paris ?!

Je suis dans ce foutu train ou personne n’a l’air au courant et je pleure seule. Je m’inquiète. Je me dit que je devrai être avec eux !
Je retourne sur twitter et la, l’attaque du petit carillon ne semble pas être la seule. Les témoignages afflux mais aucune info sur les médias !
J’appelle donc Papa Plume. Il est resté à la maison, mate le foot tranquille tout en jouant à l’ordi

Pour lui tout vas bien ! Aucune info n’est arrivées à ses oreilles. Il regarde un peu plus attentivement la télé et me parle d’explosion au stade de France.
– mais non je te dis qu’il se passe un truc dans Paris pas au stade !

– Écoute il n’y a rien au infos, ça doit être une fausse alerte…

il me rassure

– T’inquiètes pas, tu t’inquiètes pour rien en plus Sophie t’as dit que ça allais

moi je panique, mon instinct me dit que c’est bien plus grave que ça…. et je sens qu’il ne me crois pas…
Je raccroche et retourne m’asseoir, en larme.
Un message arrive.
Mon beau frère et la belle sœur sur messenger, ils vivent en Suisse:
Euh il se passe quoi à Paris la ? Ça craint un peu…
Moi je trouve enfin une oreille pour m’écouter et je déverse un flot continu d’infos déjà glanée sur tout les réseaux sociaux.

La violence de ce que je lis me submerge

Je suis en panique, mes amis sont la bas, je vois les morts et les avis de recherche tomber sur twitter, je lis la prise d’otages au Bataclan…. le bar où sont mes amis est à 2 portes, 20/30 mètres tout au plus …
Je ne vois pas passer le trajet, les gens sont stoïque, je pense que personne ne sais dans mon wagon… je pleure en silence, je pianote à toute vitesse, je cherche des infos …
Le bilan s’alourdit et je suis assommé.
J’arrive à destination, je me sens rassurée et en même temps pleine de sentiments divergents.

Mes amis sont toujours la bas, enfermés, normalement en sécurité…

Dans ma tête c’est le choc. J’écoute la radio en voiture, je ne comprend pas.
Je garde contact avec mes amis, ils n’ont presque plus de batterie, il va falloir les laisser…
J’attendrais toutes la nuit, je ne peux pas dormir.

Vers 3h30 Sophie* m’appelle
Je rentre ma poule on viens de sortir

Je suis claquée j’ai besoin de sommeil

On s’appelle demain.
On ne s’appellera pas le lendemain, je ne veux pas déranger. Comment faire pour lui parler, je suis assommé. J’ai envi de l’aider alors je garderai pour les sentiments pour moi.
J’ai passé mon week end à avoir peur de chaque bruits un peu fort. Sur mon portable à attendre des nouvelles, un message.

John* lui est aller travailler le lendemain, au radar comme il dit.
Je suis remontée le dimanche, en train. Dans un train étonnamment silencieux. Dans un silence pesant mais plein de compassion. J’ai pleuré, silencieusement.

Je suis allée voir John*, 8 ans qui l’on se connais, pas mal d’épreuves mais je ne l’ai jamais vu craquer ainsi. Je le sent vide. Je suis désemparée, je veux l’aider mais comment ?!
La vie avancera ainsi, les mois passe et des nouvelles attaques surviennent malheureusement.

C’était il y a maintenant 2 ans

Ils sont en vie, j’ai conscience de la chance inouïe que j’ai. Je les aime encore plus qu’avant. Je sais c’est bête mais c’est ainsi.

Les attaques ont continué, toujours plus meurtrières, toujours plus violentes.

Ma peur est restée, pendant le long mois, celle d’être au mauvais endroits, au mauvais moment. Celle d’être sur le chemin d’un fanatique, la peur qu’un de mes proches sois sur sa route, la peur tout cours.

Et puis nous avons déménagés, quittés la région parisienne.

Et puis Milo est arrivé.

J’ai toujours peur des bruits mais beaucoup moins. Je réfléchi parfois quand je m’installe en terrasse, je regarde si c’est « secure » et puis cette idée disparaît rapidement. J’appelle beaucoup plus mon entourage proche (en tout cas j’essaie) Oui je vois les choses peu être différemment depuis ce soir la, mais je ne m’empêcherait pas de vivre pour autant.

Oui j’ai changée, ma vision du monde a changée, mais ma tolérance a aussi évoluée, mon envie de connaître un peu mieux ce monde qui m’a fait si peur est bien plus grande. Parce que, malgré toutes ces horreurs, il y a parfois, de jolies rencontres qui illumine notre vie, de jolies actions qui rendent le monde meilleur, de jolies personnes qui agissent pour que l’ont vive mieux.

Ma conclusion fait peut être Bisounours, et j’ai parfaitement conscience que ce monde n’est pas rempli de paillettes et de licornes mais j’essaie juste a mon niveau de le rendre un peu plus joli. Chaque petite action, n’est peu être qu’une goutte d’eau, mais des millions de gouttes d’eaux font des océans.

Alors je profite de chaque instants, parfois j’ai peur mais c’est humain après tout !
Portez vous bien
Coralie

*Les prénoms ont été modifiés pour préserver l’anonymat de mes amis 

11 commentaires sur “Mon 13 novembre

  1. Comme je comprends ta vision des choses. En s’éloignant de Paris et de ces endroits stratégiques, on a l’impression d’être tellement loin de tout ça ! Je boycotte les informations depuis plusieurs années maintenant pour ne pas sombrer dans la psychose et ne pas les laisser gagner. Je continuer à vivre malgré tout, avec quelques angoisses par ci par là… Mais ne les laissons pas gagner, vivons… Tu as raison !

    Virginie

    Aimé par 1 personne

  2. Je te comprends parfaitement. On voit la vie vraiment différemment. Lors de l’attaque à Nice, nous avons eu très peur pour ma cousine. Le 13 juillet, elle etait chez sa copine… elle n’a pas assisté aux feux et même si je n’y etais pas. J’ai eu très peur pour elle… C’est tout à fait légitime et c’est pour ça qu’ils font ce genre de choses. Creer une psychose… mais il ne faut pas s arreter de vivre pour autant.
    Je t’embrasse ❤

    Aimé par 1 personne

  3. Je crois que tu n’as pas à t’excuser d’avoir eu peur, d’avoir ressenti tout cela. Moi aussi je fais attention quand je suis dans une gare ou un aéroport, je ne suis pas à l’aise. Mais tu as raison, il faut continuer d’essayer de rendre le monde un peu plus beau, un moins noir, chacun à notre échelle.

    Aimé par 1 personne

  4. Mon dieu qu’elle angoisse … dans leurs malheurs il on eu beaucoup de chance … j’ai toujours peur maintenant depuis qu’il on fonce dans la folle a qq kilomètre de chez nous … et si un jour mon mari ou moi étions fauché par ses malades …

    J'aime

  5. Un ami avait rendez-vous avec des copains pour fêter un anniversaire au Petit Cambodge ce soir là… Son train a eu du retard et quand il est arrivé, le quartier était déjà bouclé. La SNCF et ses retards récurrents lui ont peut être sauvé la vie ce jour là. Ses copains ont été très légèrement blessés par des éclats de la vitrine mais ils resteront sans aucun doute marqués à vie. Ton très bel article raisonne en moi, bien évidemment…

    Aimé par 1 personne

  6. Pour ma part une fille de ma ville d’origine est décédée au Bataclan, une connaissance aussi, un couple avec qui nous papotions sur un forum Disney au bar d’un des cafés ciblés, et une rescapée à écrit un livre sur cette soirée et l’après qui la poursuivra toute sa vie (elle est sur un groupe Lego que je suis sur fb). Il faut avancer pour ne pas que ces barbares gagnent. Très bel article qui m’a fait pleurer et ma serrer la poitrine tellement il m’a touché.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s